logo
Canada’s Dance Magazine
  • PRINT
  • ONLINE
  • LIVE

Feature

The "Culture War" | La « guerre culturelle »

Tools for artists and arts lovers | Outils pour les artistes et les amoureux des arts By Louis Laberge Coté

The French version follows below. | La version française suit ci-dessous.

“War” has been declared in Canada. 

The Canadian “Culture War”, as Stéphane Baillargeon (Le Devoir) named it, seems to have on one side the cultural sector, and on the other, the multi-billion dollar communication corporation Quebecor. In the last few months, the cultural sector has been the target of numerous attacks, including the well-known articles of Nathalie Elgrably-Lévy in the Journal de Montréal and Krista Erickson’s infamous “bazooka journalism” (Le Devoir, June 13th) on the SunTV News Network. Is it by chance that the majority of these assaults took place via Quebecor-owned entities? Is it coincidental that the attacks have drastically increased, both in number and hostility, since the last federal election? I do not know the answers and I have to let you draw your own conclusions. But one thing is certain: Canadian artists, cultural sector workers and arts lovers need to get ready for what could potentially be the beginning of extremely challenging times.

Unfortunately, considering the amount of damage regularly perpetuated in the media these days, we, as arts supporters, cannot afford to live silently anymore. Each and every one of us must be proactively engaged in disseminating accurate information about who we are, what we do and why we believe the arts are important. We also have to prepare ourselves adequately, so that we can respond to disregard, disbelief – or even belligerence – with an informed mind, an open heart and a strong spirit.

I have put together a series of key issues, which rest at the heart of the arts funding debate, including my own thoughts on Nathalie Elgrably-Lévy’s philosophy, a few clarifications on “freedom of expression”, and a list of suggestions regarding how to address the journalistic outrage that is the SunTV News Network. I am aware that this article is a bit “lengthy”, but please, take the time to read it and proactively distribute it (or any other relevant information). Hopefully, these “tools” will help us address the subject thoroughly and confront our opposition with intelligence, calm, receptivity and articulation.   

So, the big question in the Canadian “Culture War”:

“Why should the government continue funding the arts, especially when they are not profitable?”

To this completely valid question, I propose three answers:

1. Arts funding makes economic sense.
2. Cultured societies are happier, smarter, more compassionate and healthier.
3. Culturally rich societies create immaterial wealth, which fosters human evolution.

Most of us agree that the latter two reasons are the most important. But we have to be aware that these arguments won’t convince those with their eyes on the bottom line, especially if they themselves have found no value in the arts. And since most objections to arts funding usually come from an economic perspective, we should also learn the facts in order to respond to questions regarding the economic viability of the arts, so that we can hold an informed dialogue and present a solid case for the arts in Canadian society. Hopefully, the ability to discuss this topic openly and knowledgeably will bring a few more people closer to a sympathetic understanding of the arts, or at least soften the more entrenched perspectives that seek to denigrate them.

Here are some common questions that challenge the economic and social validity of arts funding and the role that arts play in the cultural and economic fabric of our society:   

1. “Why does arts funding make sense economically (we just said it isn’t profitable)?”

The main point that people need to understand is that direct profits made from a specific artistic event are relatively insignificant. Whether this event received more money from box office sales than from government grants is not the most important aspect to consider. Instead, we need to investigate the revenue generated in wider circles. For example, from the moment a small theatre company receives a grant to create and present a show, a significant number of transactions are generated:

• Artistic, technical, marketing and administrative staff members are hired (and
pay taxes on this income).

• Rehearsal and performance spaces are rented.

• Posters, flyers, ads and programs are designed, printed and distributed, often carrying logos of supportive local businesses.

• Audience members purchase tickets; utilize coat check facilities; buy drinks at the theatre bar; dine at restaurants before or after the performance (tipping waiters); and travel by car (often paying for a parking spot nearby), taxi or public transportation.

• Previews and reviews circulate in newspapers, magazines, radio stations and internet blogs.

• Out-of-town supporters travel significant distances, depending on various means of transportation, and book hotel rooms for the duration of their stay.

• The vibrancy of the city’s cultural scene increases, which in turn attracts more tourists, making the cultural experience a self-perpetuating entity to be capitalized on again and again.

It is easy to see that the economic impact of this small theatre production goes far beyond what happens at the box office on performance nights. Knowing this, we have a multitude of reasons to consider arts funding as a collective and quite profitable investment that significantly boosts the local – and therefore federal – economy.

Here is some information to support this statement:

• The real value-added input of cultural sector industries totaled $46 billion in 2007.

• Together – direct, indirect and induced contributions brought the economic footprint of the cultural sector to $84.6 billion that year, or 7.4% of Canada’s real gross domestic product.

• The same year, cultural sector investments represented only 0.7% of total government spending, for a sector that generated 7.4% of the country’s GDP.

• The arts and cultural sector generated approximately $25 billion in taxes for all levels of government in 2007, more than three times higher than the $7.9 billion that was spent on culture by all levels of government.

• 616,000 Canadians are directly employed in the cultural sector, which is about double the level of employment in the forestry sector in Canada (300,000) and more than double the level of employment in Canadian banks (257,000).

• Nearly 1.1 million jobs can be attributed directly and indirectly to economic activity generated by cultural sector industries, which represents 7.1% of Canada’s total employment.

• The culture-related workforce grew by 31% over the past decade.

• Consumer spending on live performing arts events increased by 56% between 1997 and 2005, after adjusting for inflation, and accounts for $1.2 billion of overall cultural spending.

• Consumer spending on live performing arts is more than double the level of consumer spending on live sports.

• The arts and cultural sector is a growth market, with substantive potential for further expansion.

Simply put, government investment in the cultural sector more than pays for itself in terms of income generated throughout the Canadian economy; cutting government funding to the arts does not make economic sense.  

2. “Are cultured societies really happier, smarter, more compassionate and healthier?”

Although it may seem obvious that a creative and stimulating environment has a positive effect on everybody’s overall health and wellness, some people still have their doubts.

Here’s some data you can share with them:

• Arts and culture play an important role in “at least seven of the twelve determinants of health” defined by Health Canada.

• The arts have a beneficial impact on students in six specific areas: reading and language skills, mathematical skills, thinking skills, social skills, motivation to learn, and positive school environment.

• According to Hill Strategies, using arts and culture to engage marginalized groups and the elderly results in higher academic achievement, better “life success”, and the ability to address difficult social issues.

• Recent Swedish research demonstrates the positive correlation between attending cultural events and performances and higher levels of well-being and increased longevity.

• Respected Danish researcher and professor Bengt-Åke Lundvall concluded that countries who do better economically and politically are precisely the ones who deliberately contributed to a “creative and cultural climate”.

• Arts and culture organizations report engaging more than 930,000 volunteers.

• In 2005, Canadians who attended a culture/heritage event or performance of music, theatre or dance were 31% more likely to volunteer as compared with those who did not attend a performance.

• Canadians who attend a theatrical performance are 16% more likely to have a very strong sense of belonging to Canada than those who did not attend. 

3. “What is immaterial wealth and how does it contribute to human evolution?” 

This argument is more difficult to support, since immaterial wealth is intangible and therefore difficult to measure. But if we think about it, its existence and its effects on our lives are quite obvious. Do we know for sure how much Beethoven influenced us? Can we put a number on how many people were enlightened by his creations? Can we measure to what extent they were transformed? No.

But we can all agree (even people who do not enjoy his work) that his musical achievements are considerable and important. And they, without a doubt, contributed to the evolution of humanity. Can you imagine a world without music, film, dance, sculpture, fashion, drawing, theatre, literature, architecture, photography, gastronomy, poetry, painting or calligraphy? What would remain? What kind of lives would we live? What kind of human beings would we be? The thought of it scares and saddens me.

Of course, not every artist is a Beethoven. But each artist propels humanity forward, whether we enjoy his or her works or not. Isn’t it extraordinary to contemplate that the existence of artistic works can be traced back to the dawn of humanity? Shouldn’t that prove to us all that there is a very profound human need to express ourselves through some artistic means? People who pretend they don’t like the arts are usually unaware that they are constantly surrounded by them – and enjoy them. Ironically, as Krista Erickson tries to convince her audience that arts funding is a waste, the medium in which she functions is engulfed in art: lighting design, set design, graphic design, musical and sound engineering, film direction, script writing, make-up, hair styles, fashion design, to name only a selection. Almost everything around her at that moment is influenced by the work artists have done in the past. Could you imagine the same show with plain white light only, no set, no music, no camera angles, basic primitive language, no make-up and a drab utilitarian uniform?

Clearly, it wouldn’t be the same. It would be horribly boring. And so would be a world without the arts.  

4. “I understand the arts are important. But I don’t think they should be financed by the state. Why can’t the arts follow the basic rules of supply and demand as everything else?” 

This question represents the basis of the argument proposed by Montréal’s Nathalie Elgrably-Lévy. She goes one step further by posturing that the arts funding debate is not about opposing right-wing and left-wing ideologies. According to her, it is about freedom from state-controlled finances. Strategically, this is a smart stance. Living in Montréal, Elgrably-Lévy is aware that left-wing thinkers surround her, for the most part. In this environment, it certainly sounds more noble to say, “I am fighting for freedom”, than admitting “I am fighting for conservatism”. But would eliminating arts funding really support freedom?

In many ways, artistic exploration is very similar to scientific research. In the scientific community, some research ventures are so obviously commercial in nature that they can easily find private funding, since an economic return on the investment is virtually guaranteed. Others are more concerned with expanding knowledge and acquiring deeper understanding. This latter type of scientific investigation is usually not cost-effective. But these research experiments are the ones that contribute to human evolution the most – quantum physics, genetics or environmental studies, for example. Allowing the private sector and consumers to dictate where the research monies should be directed would allow for only profit-generating research, unless individual scientists can afford to fund their own research. Scientific experiments that fail to produce immediate returns on their investments are not entirely worthless. To value any research endeavour on this basis alone would only satisfy an economic model and not an evolutionary one.

A parallel can be drawn in the cultural sector. Should only commercial art works be created? Should artistic exploration and expression be limited to only those who directly generate an economic pay-off? Of course not. This kind of thinking is not only dangerously narrow-minded, but negates the creative potential of the human spirit.   

5. “As an honest taxpayer, I am offended that some of my hard-earned money goes into the artists’ pockets.”

This belief is unfortunately more common than we think. People need to understand that this is not a fight between taxpayers and artists, since artists are taxpayers too. When an artist receives a grant, the majority of the money doesn’t end up in his or her pocket. Grant recipients hire a vast array of professionals: artistic, technical, administrative and promotional. All of these people are taxpayers. And remember that “nearly 1.1 million jobs can be attributed directly and indirectly to economic activity generated by culture sector industries, which represents 7.1% of Canada’s total employment”.  

6. “I think artists are lazy and spoiled. They are only fighting to keep their special privileges.” 

This is obviously a huge misconception. As we know, artists need to work very hard to earn a living from their art. It takes many years of study followed by consistent training to obtain and maintain a professional level. Furthermore, applying for grants is not easy. The availability of grants is limited, and most applicants are not successful.

Here are a few statistics about the realities of being an artist:

• With average annual earnings of $23,500, artists are in the lowest quarter of average earnings of all occupation groups, earning 26% less than the average Canadian worker.

• A typical dancer, musician, singer or other performer earns only about $10,000 per year.

• Female, aboriginal and visible minority artists have particularly low average earnings.

• 54% of non-profit arts and culture organizations report annual revenues of $30,000 or less. Only 7% have annual revenues of $500,000 or more.

• As reported in 2007 by the Conference Board of Canada, cultural exports are greatly eclipsed by imports, leaving a net trade deficit in the cultural sector. 

7. “I think artists are elitists. I don’t relate to their pompous little world.”

We must make everyone realize that the average artist is a normal, down-to-earth person. And yes, of course, there is a bit of elitism in the cultural sector. But isn’t there elitism in any specialized field? What makes Olympic athletes any less elitist than distinguished artists? Nothing, really. Aren’t we all proud when a Canadian athlete competes on an international level? Shouldn’t we then all feel the same when one of our artists is recognized and acclaimed internationally? I certainly hope the answer to this question is a resounding “Yes!”  

8. “I don’t get contemporary art. Therefore, it is stupid.”

This is another widely held sentiment. What everyone must understand is that art, and especially contemporary art, is not always about accessibility and pleasurable entertainment. Art pushes boundaries. It raises questions. It comments on the world. It reveals humanity in all of its beauty and horror. It explores the abstract concepts of line, movement, sound, texture, colour and time, often from very unusual perspectives. Art exposes joy and agony. It allows us to dive within the depths of the indescribable world of another human being. Effort may be required to experience its value.

And that’s a good thing. It is not a new concept. Many artists and creators, whose work we applaud today, were at first not appreciated by their contemporaries. Many of the things we enjoy today as “normal entertainment” have been directly influenced by these originally misunderstood works.

That’s exactly what evolution is all about. The challenging works of today will shape the world of tomorrow.

I personally like to draw a parallel between contemporary art and gourmet cuisine. It takes some basic knowledge and life experience to fully savour a wonderful gastronomic experience. Would you bring your five-year-old child to an award-winning French-Asian fusion restaurant for a twelve-course tasting menu? Chances are, this is not going to work so well. But if you gradually introduce your child to different types of food and educate him or her accordingly, it is more than likely that as an adult, he or she will be able to relish the greatest treasures of culinary art. While the experience can’t be quantified in an economic way, there is no doubt that if he or she is in a position to value it, this will enrich his or her life.

This happens with art. Art takes time, education and patience. In our technological era, this can be a particularly challenging sell. And it’s all worth it. But of course, not everything is for everyone. Artists themselves do not like all works or artistic movements. And that’s normal. We all have our personal tastes. But it certainly doesn’t mean that contemporary art has zero value because someone had a single bad experience. Saying, “I went to a modern dance show once and I hated it, so I am done,” is essentially equivalent to saying, “I watched a Hollywood movie once and I hated it, so I am done.”

And really, who could pretend they understand and appreciate all of science, economics, or sports? Only a very few, if any. Does this mean these fields deserve to be ridiculed? Obviously not. They deserve our respect, and so do arts and culture.  

9. “I heard that artists are asking people to boycott the SunTV News Network following Krista Erickson’s interview with dance icon Margie Gillis. Isn’t this an attack on freedom of expression? Shouldn’t the artists support expression? Isn’t Ms. Erickson allowed to have her own opinions and express them like artists do?” 

This is a big one, and certainly not the first time the limits of freedom of expression beg to be defined, because even freedom of expression must have its limits. Of course, Erickson is allowed to have her own opinions and she is certainly allowed to express them. We all agree that it is healthy to question or even confront certain ideas. In this case, as in many others, the important factor is context. If the conversation between Erickson and Gillis had happened privately, for instance during a party, it would have been a different story. Erickson’s views – though rudely expressed – would have simply been just that: her privately held opinions. But this conversation was not private. It was public. Erickson’s professional responsibility (as stated by the CBSC/CAB Code of Ethics) is to ensure that the news is represented “with accuracy and without bias”. When Erickson chose to abandon her code of ethics and launch a personal attack on Gillis, she demonstrated the awesome power that the media possess, but not the journalistic responsibility that should attend it. This was not journalism; it was bullying.

Journalistic ethics aside, the argument for unbounded freedom of expression runs amok when freedom of expression is used as a cover for hurtful behaviour. Think about it: if a school student bullies another one, can we really accuse the victim of attacking the freedom of expression of his aggressor when the victim asks him to stop? Would this mean that the school principal is against freedom of expression because he punished the bully for his actions? If freedom of expression has no end, and SunTV News Network supporters can accuse artists of attacking it when they complain about Erickson’s treatment of Gillis, then in return, SunTV supporters should be considered equally at fault for criticizing those who protest. The result is an incessant spiral where we’re all constantly wrong, just for having an opinion. “Freedom of expression at all costs” has the potential to destroy the foundational value of mutual respect (which constitutes the very fabric of Canadian society) and can only lead to disaster: abusive behaviour, totalitarian thinking – or worse – complete silence.

Now, within the context of “freedom of expression”, I can understand the articles of Nathalie Elgrably-Lévy, even though I don’t agree with them. We live in a free society, and that’s something in which we all should take pride. But I believe that the SunTV News Network is a serious threat to the democratic process, professional integrity, political fairness, Canadian journalistic standards and, ironically, freedom of expression. We must stop this completely biased, aggressive and disrespectful “journalism” in our country as soon as possible. “Let it be” is not an acceptable option. If you don’t believe me, I invite you to watch the infamous interview with Margie Gillis. 

http://www.youtube.com/watch?v=LrUfKrQpQbg (part 1)
http://www.youtube.com/watch?v=hPIuDql8vo0&feature=related (part 2)  

Then watch this documentary about Fox News in the United States. As you will see, it is very easy to draw parallels between Fox News and SunTV.

http://documentaryheaven.com/outfoxed-rupert-murdochs-war-on-journalism-documentary/

The major reason why anti-cultural smear campaigns resonate with some sectors of our population is that they perpetuate well-established stereotypes regarding the arts community. While turning inward to our own arts communities is a necessary and natural reaction in the face of media-generated guerilla attacks (circling the wagons, so to speak), we must understand that our survival depends on our ability to connect in a meaningful way with the people who influence and impact the arts. Failure to do so is cultural suicide.

So there it is. The “war” has begun. And we have to stand up for ourselves. Our weapons are knowledge, creativity, open-mindedness, receptivity, compassion, teamwork and action. Will you join the ranks? ~ 

Louis Laberge-Côté is a dancer, choreographer, teacher and rehearsal director. A former dancer with Toronto Dance Theatre and the Kevin O’Day Ballett Nationaltheater Mannheim, he is currently freelancing in Toronto. 

I would like to thank Michael Caldwell, Renée Côté, Tara Gonder and Claude Lamothe for their valuable help in writing this article.

To be pro-active in the fight against the SunTV News Network, please follow these easy steps:

1. Do not watch SunTV and avoid visiting their website as they receive money from their sponsors each time you do so.

2. Ask the CRTC (http://www.crtc.gc.ca/eng/INFO_SHT/G8.HTM) to remove SunTV from basic cable programming. As of now, it is regulated that SunTV is included in basic cable, which means that your cable TV provider won’t be able to do anything if you ask them to remove this channel from your bundle. Sadly, even if you never watch it, SunTV will still make money out of your pocket since you are paying for basic cable.

3. Sign the petition (through Twitter) to ask the CRTC to remove SunTV from basic cable programming (http://twitition.com/6v4go).

4. If SunTV ends up not being under basic cable regulations, ask your cable TV provider to remove it from your bundle.

5. Join the “Boycott Sun News Network” Facebook group. (http://www.facebook.com/pages/Boycott-Sun-News-Network-Canada/207042459328166)

6. Notify SunTV advertisers (you’ll find a list and contact info below) that if they support the channel, you will boycott their business. This is particularly effective with profit-driven entities such as Quebecor, owner of SunTV News.

7. Write to your Member of Parliament (http://www.parl.gc.ca/SenatorsMembers.aspx?Language=e) and ask him or her to take the issue to the House of Commons. Canada is a democratic country in which all opinions should be expressed respectfully and with intelligence.

8. Do not send aggressive messages to Krista Erickson directly. She is apparently using these statements to back-up her pretense that the cultural sector is full of bullies.~

SunTV News Sponsors | Commanditaires de SunTV News

Acura
Web: http://acura.ca/contact_us | http://acura.ca/contactez-nous
Tel.: 1-888-9-ACURA-9 (1-888-922-8729)

American Express
Tel.: 1-800-869-3016

Adobe
Web: http://www.adobe.com/

Bell
Email | Courriel: relations.clients@bell.ca

Disney
Web: http://disney.go.com/guestservices/contact

Honda
Web: http://www.honda.ca/contact_us | http://www.honda.ca/contactez-nous
Tel.: 1-888-9-HONDA-9 (1-888-946-6329)

ING direct
Web: http://www.ingdirect.ca/en/aboutus/contactus/index.html | http://www.ingdirect.ca/fr/aboutus/contactus/index.html
Tel.: 1-800-464-3473

Mastercard
Web: http://www.mastercard.com/ca/company/en/contact_us.html

Netflix
Web: http://ca.netflix.com/ContactUs?lnkctr=cuPh&show=true
Tel.: 1-877-320-4701

Canada Post
Web: http://www.canadapost.ca/cpo/mc/personal/support/helpcentre/others/find.jsf | http://www.canadapost.ca/cpo/mc/personal/support/helpcentre/others/find.jsf?LOCALE=fr
Tel.: 1-866-607-6300

Rogers
Web: https://www.rogers.com/web/content/contactus | https://www.rogers.com/web/Rogers.portal?_nfpb=true&_pageLabel=NEW_GCT&_nfls=true&setLanguage=fr&template=contactus
Tel.: 416-764-2000

Telus
Web: http://www.telusmobility.com/en/QC/contact/index.shtml
Tel.: 1-866-558-2273

Westjet
Web: http://www.westjet.com/guest/en/contact/index.shtml | http://www.westjet.com/guest/fr/contact/index.shtml
Tel.: 1-888-937-8538 

*************************************

La « guerre » est déclarée au Canada.

La « guerre culturelle » canadienne, comme Stéphane Baillargeon (Le Devoir) l’a nommée, semble avoir d’un côté le secteur culturel, et de l’autre la société multimilliardaire Quebecor. Pendant les derniers mois, le secteur culturel fut l’objet de nombreuses attaques, incluant les fameux articles de Nathalie Elgrably-Lévy du Journal de Montréal et l’infâme « journalisme au bazooka » (Le Devoir, 13 juin) de Krista Erickson sur les ondes du SunTV News Network. Est-ce par hasard que la majorité de ces attaques furent diffusées par le biais de propriétés de Quebecor ? Est-ce une coïncidence que ces attaques ont radicalement augmenté, tant en nombre qu’en hostilité, depuis les dernières élections fédérales ? Je n’ai pas de réponses à ces questions et je vous laisse en tirer vos propres conclusions. Mais une chose est sûre : les artistes canadiens, les employés du secteur culturel et les amoureux des arts doivent se préparer pour ce qui semble être le début de temps extrêmement difficiles.

Malheureusement, considérant le dommage qui est régulièrement perpétué dans les médias ces jours-ci, nous, partisans des arts, ne pouvons vivre plus longtemps dans le silence. Chacun d’entre nous se doit d’être engagé dans la diffusion d’information véridique et honnête sur qui nous sommes, ce que nous faisons et pourquoi nous croyons que les arts sont importants. Nous devons aussi nous préparer adéquatement afin d’être capables de répondre à l’ignorance, au mépris et même à l’hostilité avec un esprit informé, un cœur ouvert et une âme solide.

J’ai préparé une série de questions-réponses qui, je crois, constituent le fond du débat sur le financement des arts, incluant mes réflexions sur la pensée de Nathalie Elgrably-Lévy, quelques clarifications sur la « liberté d’expression » et une liste de suggestions par rapport à l’outrage journalistique qu’est le SunTV News Network. Je suis conscient que cet article est un peu long, mais s’il vous plaît, prenez le temps de le lire et partagez-le ensuite avec votre entourage. J’espère que ces outils nous aideront à analyser le sujet en profondeur, et à affirmer notre opposition avec intelligence, calme et sensibilité.

Alors, la grosse question dans la guerre culturelle canadienne :

« Pourquoi le gouvernement devrait-il financer les arts s’ils ne sont pas économiquement rentables ? »

À cette question (tout à fait valable), je propose trois réponses :

1. Cela contribue à l’économie du pays.
2. Les gens cultivés sont plus heureux, intelligents, compatissants et en santé.
3. Cela crée de la richesse culturelle qui contribue à l’évolution humaine.

La plupart d’entre nous sont d’accord pour dire que les deux dernières réponses sont les plus importantes. Mais nous devons être conscients qu’elles ne convaincront pas ceux investis d’un esprit économiste, surtout s’ils ne voient pas la valeur des arts. Et comme la plupart des objections au financement public des arts viennent d’un point de vue économiste, nous devons aussi connaître les faits pour pouvoir répondre aux questions sur leur viabilité économique. Cela nous aidera à tenir un dialogue informé et une perspective solide en faveur des arts. Espérons qu’en ayant la capacité de discuter sur ce sujet de façon ouverte et éclairée, nous pourrons rallier quelques personnes, ou du moins adoucir certaines opinions.

Voici les plus communes critiques sur la validité économique et sociale du financement des arts et le rôle qu’ils jouent dans la structure culturelle et économique de notre société :

1. « Comment le financement des arts contribue-t-il à l’économie “(nous venions de dire que cela n’est pas économiquement rentable) ? »

Ce qu’il faut comprendre dans le cas présent, c’est que le profit direct occasionné par un événement artistique est relativement non significatif. L’aspect le plus important ici n’est pas de savoir si l’événement a reçu plus d’argent par la vente de billets que par des subventions gouvernementales. Il faut plutôt regarder les effets que l’événement génère à un niveau beaucoup plus général. Par exemple, à partir du moment où une petite compagnie de théâtre reçoit une subvention pour la création et la présentation d’un spectacle, une quantité considérable de transactions financières se succèdent :

• Du personnel artistique/technique/administratif/promotionnel est engagé (et paie des impôts sur leur revenu).

• Des studios de répétition et une salle de spectacle sont loués.

• Des affiches, des prospectus publicitaires, des petites annonces et des programmes de spectacles sont conçus, imprimés et distribués portant souvent les logos de commanditaires et d’autres commerces locaux.

• Les spectateurs paient leurs billets, utilisent le vestiaire, achètent des consommations au bar du théâtre et vont manger au restaurant avant ou après la représentation (laissant des pourboires aux serveurs) et se déplacent en voiture (souvent payant pour un stationnement dans les environs), en taxi ou en transport en commun

• Des critiques du spectacle circulent dans des journaux, des magazines, des postes de radio ou des blogues.

• Des amateurs de l’extérieur de la ville se déplacent pour assister au spectacle utilisant différents moyens de transport et réservent des chambres d’hôtel pour la durée de leur séjour.

• L’événement contribue à la scène culturelle de la ville, ce qui la rend plus attrayante aux touristes, ce qui engendre des revenus à long terme.

Il est facile de concevoir que l’impact économique d’une petite production de théâtre va beaucoup plus loin que ce qui se passe à la billetterie les jours de spectacle. Sachant cela, il y a tout lieu de considérer le financement des arts comme un investissement collectif profitable qui stimule l’économie locale et nationale.

Voici quelques arguments pour appuyer cette affirmation :

• La valeur ajoutée des industries du secteur culturel à l’économie canadienne a totalisé 46 milliards de dollars en 2007.

• Cette même année, les contributions directes et indirectes ont fait grimper les retombées du secteur culturel à un total de 84,6 milliards de dollars, soit 7,4 % du produit national brut du Canada.

• Toujours la même année, les investissements en culture ne représentaient que 0,7 % des dépenses fédérales, pour un secteur qui a généré 7,4 % du PNB.

• Le secteur culturel a généré approximativement 25 milliards de dollars en taxes à tous les niveaux de gouvernement en 2007, ce qui est trois fois plus que les 7,9 milliards qui y furent investis à tous les niveaux de gouvernement la même année.

• 616 000 Canadiens sont directement employés par le secteur culturel, ce qui est le double du niveau d’emploi du secteur forestier (300 000) et plus du double du niveau d’emploi du secteur bancaire (257 000).

• Près de 1,1 million d’emplois peuvent être attribués directement et indirectement à l’activité économique générée par les industries du secteur culturel, ce qui représente 7,1 % du niveau d’emploi total du Canada.

• La main-d’œuvre associée à la culture a augmenté de 31 % pendant la dernière décennie.

• Le consommateur canadien moyen a dépensé deux fois plus d’argent pour assister à des spectacles des arts de la scène que pour assister à des événements sportifs.

• Le secteur culturel est un marché en expansion.

Clairement, les investissements gouvernementaux dans le secteur culturel sont plus que profitables en ce qui concerne les revenus générés au sein de l’économie canadienne. Couper ces montants pour aider l’économie n’a alors absolument aucun sens.

2. « Est-ce que les gens cultivés sont réellement plus heureux, intelligents, compatissants et en santé ? »

Bien qu’il semble évident qu’un environnement créatif et stimulant ait un effet positif sur le bien-être général de tous, certains gardent tout de même leurs réserves.

Voici quelques informations que vous pouvez partager avec eux :

• Les arts et la culture jouent un rôle important dans au moins sept des douze déterminants de la santé tels que définis par Santé Canada.

• Les arts ont un impact bénéfique sur les étudiants dans six domaines spécifiques : lecture et langage, mathématiques, capacité à raisonner, capacités sociales, motivation à apprendre et environnements scolaires positifs.

• Selon Hill Strategies, utiliser les arts et la culture auprès de groupes marginalisés et des personnes du troisième âge a entraîné une performance académique supérieure, un meilleur « succès dans la vie » et une capacité à résoudre des problèmes sociaux difficiles.

• De récentes recherches en Suède ont démontré la corrélation positive entre l’assistance à des spectacles et à des événements culturels et un meilleur bien-être en plus d’une longévité accrue.

• Le renommé chercheur et professeur danois Bengt-Åke Lundvall a clairement démontré que les pays qui s’en tirent le mieux économiquement et politiquement sont précisément ceux qui ont délibérément contribué à un « climat créatif et culturel ».

• Les organisations artistiques et culturelles utilisent les services de plus de 930 000 bénévoles au Canada.

• Les Canadiens qui ont assisté à des représentations de musique, de théâtre ou de danse en 2005 furent 31 % plus enclins à devenir bénévoles pour une cause quelconque.

• Les Canadiens qui ont assisté à des spectacles théâtraux étaient 16 % plus enclins à avoir une forte identité nationale.

3. « Qu’est-ce que la richesse culturelle et comment contribue-t-elle à l’évolution humaine ? »

Cette déclaration est plus difficile à démontrer puisque la richesse culturelle est intangible et dès lors difficile à mesurer. Mais, si nous y pensons un peu, son existence et ses effets sur notre vie sont assez évidents. Pouvons-nous quantifier l’influence de Beethoven ? Pouvons-nous chiffrer le nombre de personnes inspirées par ses créations ? Pouvons-nous mesurer jusqu’à quel point elles furent transformées ? Non.

Mais nous sommes tous d’accord (même ceux qui n’apprécient pas la musique romantique) pour dire que son œuvre est considérable et importante. Et elle a, sans aucun doute, contribué à l’évolution humaine. Pouvez-vous imaginer un monde sans musique, film, danse, sculpture, mode vestimentaire, dessin, chant, théâtre, littérature, architecture, photographie, gastronomie, poésie, peinture ou calligraphie ? Que resterait-il ? Quel genre de vie vivrions-nous ? Quel genre d’humain serions-nous ? L’idée d’un tel monde me fait peur et m’attriste.

Bien sûr, tout artiste n’est pas nécessairement un Beethoven. Mais chaque artiste propulse l’humanité en avant, que nous appréciions son travail ou non. N’est-ce pas extraordinaire de savoir que l’existence d’œuvres artistiques remonte à l’aube de l’humanité ? Cela ne devrait-il pas tous nous prouver qu’il y a, en l’être humain, un besoin très profond de s’exprimer de façon artistique ? Les gens qui prétendent ne pas aimer les arts sont souvent inconscients qu’ils en sont constamment entourés. Et ils aiment ça ! Par exemple, lorsque Krista Erickson essaie de convaincre son public que le financement des arts est un terrible gaspillage, le médium qu’elle utilise est submergé par les arts : conception graphique, éclairage et décor, environnement musical, mise en scène, rédaction du scénario, mode vestimentaire, maquillage, coiffure, etc. Pratiquement tout autour d’elle à ce moment est influencé par le travail que des artistes ont accompli dans le passé. Pouvez-vous imaginer la même émission télévisée avec un simple éclairage blanc, aucun décor, aucune musique, un langage primitif de base, aucun maquillage et une terne étoffe comme vêtement ?

Manifestement, ce ne serait pas la même chose. Ce serait gravement ennuyeux. Et voilà comment serait un monde sans les arts.

4. « D’accord, les arts sont importants. Mais je ne pense pas qu’ils devraient être financés par l’État. Pourquoi ne peuvent-ils pas suivre les règles de base de l’offre et de la demande comme tout le reste ? »

Ceci est la base du discours de Nathalie Elgrably-Lévy. Elle va encore plus loin en prétendant que cela n’est pas un débat entre les idéologies de gauche et de droite. Selon elle, ce débat est entre la liberté et l’étatisme. C’est une stratégie intelligente de sa part. Vivant à Montréal, elle sait qu’elle est principalement entourée de gens « de gauche ». Dans cet environnement, il paraît décidément plus noble d’affirmer « je me bats pour la liberté » que d’avouer « je me bats pour le conservatisme ». Mais est-ce que couper le financement public des arts contribuerait réellement à un monde plus libre ?

De plusieurs façons, l’exploration artistique s’apparente à la recherche scientifique. Dans la communauté scientifique, certaines recherches sont de nature si clairement commerciale qu’il est facile de trouver du financement privé puisqu’un profit est presque assuré. D’autres recherches s’intéressent principalement à l’élargissement des connaissances et à l’acquisition d’une compréhension plus profonde du monde qui nous entoure. Ce genre d’investigation scientifique n’est généralement pas profitable à court terme. Mais ce sont justement ces recherches qui contribuent le plus à l’évolution humaine ; les études environnementales, la physique quantique ou la génétique, par exemple. Laisser le secteur privé et le consommateur dicter la répartition de la richesse ne permettrait qu’aux recherches à but lucratif d’aller de l’avant, à moins qu’un chercheur ne décide de financer ses propres expériences. Les expériences scientifiques qui ne produisent pas de profits immédiats ne sont pas complètement sans valeur. Déterminer la valeur des recherches uniquement sur une base lucrative ne soutiendrait qu’un modèle économique, et non évolutionnaire.

La même chose s’applique au secteur culturel. Les œuvres dʼordre commerciales sont-elles les seules qui méritent de voir le jour ? Lʼexploration artistique devrait-elle se limiter aux recherches qui génèrent des profits ? Bien sûr que non. Ce genre de discours est non seulement dangereusement étroit d’esprit, il renie le potentiel de l’esprit humain.

5. « En tant qu’honnête contribuable, je suis offusqué de savoir qu’une partie de mon argent durement gagné va dans les poches des artistes. »

Cette opinion est malheureusement plus répandue que nous ne le croyons. Ce que nous devons comprendre, c’est qu’il ne s’agit pas ici d’une bataille entre les contribuables d’un côté et les artistes de l’autre. Les artistes sont des contribuables. Lorsqu’un artiste reçoit une subvention, la majorité de l’argent ne va pas dans ses poches. Comme je l’ai déjà mentionné, les récipiendaires de subventions engagent un large éventail de professionnels d’ordre artistique, technique, administratif et promotionnel. Tous sont des contribuables. Et rappelez-vous que « près de 1,1 million d’emplois peuvent être attribués directement et indirectement à l’activité économique générée par les industries du secteur culturel, ce qui représente 7,1 % du niveau d’emploi total du Canada ».

6. « Je pense que les artistes sont paresseux et gâtés. Ils ne se battent que pour conserver leurs privilèges spéciaux. »

Ceci est évidemment une perception fausse. Comme nous le savons, les artistes doivent travailler très fort pour vivre de leur passion. Cela prend plusieurs années d’études suivies d’un entraînement constant pour obtenir et maintenir un niveau professionnel. Pour le même niveau d’éducation, d’expérience et de sacrifice, les artistes feraient beaucoup plus d’argent s’ils travaillaient dans d’autres secteurs. De plus, faire une demande de subvention n’est pas chose facile. Le nombre de bourses est limité et la majorité des candidats ne reçoivent pas la subvention qu’ils demandent.

Voici quelques statistiques sur la réalité des artistes :

• Avec des revenus annuels moyens de 23 500 $, les artistes sont dans le plus bas quart de revenus moyens annuels de tous les groupes de métiers, gagnant 26 % moins d’argent que le travailleur canadien moyen.

• En général, un danseur, musicien, chanteur ou autre artiste de la scène ne gagne qu’environ 10 000 $ par année.

• Les femmes, les autochtones et les minorités visibles du milieu artistique ont des revenus particulièrement bas.

• 54 % des organisations artistiques et culturelles à but non lucratif ont des revenus annuels de 30 000 $ ou moins. Seulement 7 % de ces organisations ont des revenus annuels de 500 000 $ ou plus.

• Les exportations culturelles sont grandement éclipsées par les importations, laissant un déficit net dans le secteur culturel.

7. « Je pense que les artistes sont élitistes. Je n’ai rien à voir avec leur petit monde arrogant. »

Une chose que nous devons faire réaliser aux gens qui pensent de la sorte est que l’artiste moyen est une personne tout à fait normale et terre-à-terre. Oui, bien sûr, il y a un peu d’élitisme dans le secteur culturel. Mais n’y a-t-il pas de l’élitisme dans tous les champs spécialisés ? Qu’est-ce qui rend un athlète olympique moins élitiste qu’un artiste distingué ? Rien, vraiment. Ne sommes-nous pas tous fiers lorsqu’un de nos illustres athlètes compétitionne à un niveau international ? Ne devrions-nous pas sentir la même fierté lorsqu’un de nos artistes est reconnu et applaudi internationalement ? J’espère que la réponse à cette question est un « oui ! » crié haut et fort.

8. « Je ne comprends pas l’art contemporain, donc c’est stupide. »

Cet évident sophisme est une autre croyance très répandue. Ce qu’il faut comprendre ici c’est que l’art, et particulièrement l’art contemporain, n’a pas toujours comme mission d’offrir un divertissement accessible et agréable. L’art repousse nos limites. Il soulève des questions. Il commente le monde. Il révèle l’humanité dans toute sa gloire et son horreur. Il explore les concepts abstraits de la ligne, du mouvement, du son, de la texture, de la couleur et du temps, souvent d’une perspective inhabituelle. Il expose la joie et l’agonie. Il met au défi nos conceptions du vrai, du beau et du réel. Il nous permet de plonger dans les profondeurs indescriptibles du monde d’un autre être humain. Un effort peut être nécessaire pour apprécier sa valeur.

Et cela est une bonne chose. Et il n’y a rien de nouveau là-dedans. Maintes œuvres largement applaudies de nos jours furent très peu appréciées à l’époque de leur création. Et plusieurs des choses que nous qualifions aujourd’hui de « divertissements normaux » sont grandement influencées par des œuvres incomprises à l’époque de leur création.

Et c’est exactement ce qu’est l’évolution. Les œuvres difficiles d’aujourd’hui transformeront le monde de demain.

J’aime personnellement faire un parallèle entre l’art contemporain et la haute cuisine. Des connaissances de base et une expérience de vie minimum sont nécessaires pour en savourer pleinement la valeur. Amèneriez-vous votre enfant de cinq ans dans un chic restaurant de fusion française et asiatique pour un menu dégustation de douze services de cuisine moléculaire ? Il y a fort à parier que les choses n’iront pas très bien. Mais si vous donnez à votre enfant l’occasion de connaître différents types de nourriture et si vous l’éduquez en conséquence, il est plus que probable qu’une fois adulte il se délectera des plus grands trésors de la gastronomie. Bien que l’expérience ne pourrait être quantifiée en termes économiques, il n’y a aucun doute que si votre enfant est capable d’apprécier la valeur d’un tel repas, cela enrichira sa vie.

La même chose va pour l’art. Cela prend du temps, de l’éducation et de la patience, ce qui, dans notre ère technologique, n’est pas toujours chose facile. Mais cela en vaut la peine. Toutefois, tout ne convient pas à tout le monde. Les artistes eux-mêmes n’apprécient pas toutes les œuvres ou courants artistiques. C’est normal. Nous avons tous nos goûts personnels. Mais cela ne veut pas dire que l’art contemporain n’a aucune valeur parce que nous avons eu une mauvaise expérience. Dire « je suis déjà allé à un spectacle de danse moderne et j’ai détesté, alors c’est fini pour moi ! » est l’équivalent de dire « j’ai déjà vu un film hollywoodien et j’ai détesté, alors c’est fini pour moi ! ».

Et honnêtement, qui pourrait prétendre tout comprendre et apprécier de la science, de la finance ou des sports ? Très peu d’entre nous sont à même de le faire. Ces domaines méritent-ils donc d’être ridiculisés ? Évidemment, non. Ils méritent notre respect. Tout comme l’art.

9. « J’ai entendu dire que les artistes demandent aux gens de boycotter le SunTV News Network suivant l’entrevue qu’a animée Krista Erickson avec la danseuse Margie Gillis. N’est-ce pas une attaque à la liberté d’expression ? Les artistes ne devraient-ils pas soutenir la liberté d’expression ? Erickson n’a-t-elle donc pas le droit de s’exprimer comme les artistes le font ? »

Très bonnes questions. Et ce n’est certainement pas la première fois que les limites de la liberté d’expression doivent être définies. Car, en effet, la liberté d’expression doit avoir des limites. Bien sûr, Erickson a le droit d’avoir ses opinions et elle a, bien entendu, le droit de les exprimer. Nous sommes tous d’accord qu’il soit sain de questionner ou même de confronter certaines idées. Dans ce cas, comme dans plusieurs autres, l’élément important est le contexte. Si la conversation entre Erickson et Gillis était survenue dans un contexte privé, disons pendant une soirée entre amis, cela aurait été une tout autre histoire. Le point de vue de Erickson, bien qu’exprimé impoliment, n’aurait été que cela : ses opinions partagées en privé. Mais cette conversation n’était pas privée. Elle était publique. Pire encore, cela était présenté comme étant de l’information journalistique. La responsabilité professionnelle d’Erickson (tel que déclaré dans le code de déontologie de l’ACR du CCNR) est de s’assurer que les nouvelles soient présentées « avec exactitude et impartialité ». Lorsqu’Erickson décida d’abandonner son code de déontologie pour lancer des attaques personnelles envers Margie Gillis, elle a clairement démontré le pouvoir des médias, mais pas la responsabilité journalistique qui devrait l’accompagner. Cela n’était pas du journalisme. C’était du harcèlement.

Mais responsabilité journalistique ou non, l’argument pour la liberté d’expression sans limites n’a absolument aucun sens lorsqu’il est utilisé pour justifier des comportements agressifs. Pensez-y un peu : si un étudiant dans une école primaire s’attaque à un autre, pouvons-nous accuser la victime d’aller à l’encontre de la liberté d’expression de son agresseur en lui demandant de cesser sa brutalité ? Cela voudrait-il dire que le directeur de l’école en question est contre la liberté d’expression s’il décide de punir l’élève violent ? Si la liberté d’expression n’a aucune fin et que les partisans de Sun News peuvent accuser les artistes d’être contre cette liberté en décidant de boycotter ce genre de journalisme, alors, en retour, les artistes devraient aussi pouvoir accuser les partisans de Sun News d’être tout aussi fautifs pour les critiquer. Le résultat est une incessante spirale où nous sommes tous constamment dans le tort simplement parce que nous avons une opinion. La liberté d’expression à tout prix a le potentiel de détruire la valeur fondamentale du respect mutuel (ce qui constitue la base de notre société) et ne peut que mener au désastre : comportements abusifs, pensée totalitaire, ou pire encore, le silence total.

Maintenant, dans le contexte de la liberté d’expression, je peux comprendre les articles de Nathalie Elgrably-Lévy, même si je suis en complet désaccord avec eux. Nous vivons dans une société libre, et c’est quelque chose dont nous pouvons être fiers. Mais je pense que le SunTV News Network représente une menace sérieuse à la démocratie, à l’intégrité professionnelle, à l’éthique politique, aux normes de base du journalisme canadien et, ironiquement, à la liberté d’expression. Nous devons absolument cesser ce journalisme agressif, partial, irrespectueux et méprisant dans notre pays le plus tôt possible. L’accepter n’est pas une option satisfaisante. Si vous ne me croyez pas, je vous invite à regarder la troublante entrevue avec Margie Gillis.

http://www.youtube.com/watch?v=LrUfKrQpQbg (première partie)
http://www.youtube.com/watch?v=hPIuDql8vo0&feature=related (deuxième partie)

Visionnez ensuite ce documentaire sur le canal Fox News aux États-Unis. Comme vous le constaterez, il est très facile de faire des rapprochements entre SunTV et Fox News.

http://documentaryheaven.com/outfoxed-rupert-murdochs-war-on-journalism-documentary/

Les campagnes anticulturelles ont autant d’impact sur certains secteurs de la population principalement parce qu’elles perpétuent de vieux stéréotypes sur le milieu des arts. Bien que le repli sur soi-même soit une réaction naturelle devant l’adversité médiatique, nous devons comprendre que notre survie dépend de notre capacité de nous allier à ceux qui ont le pouvoir d’influencer le développement des arts dans notre pays. Ne pas le faire est un suicide culturel.

Alors, voilà. La guerre est commencée. Et nous devons nous rassembler. Nos armes : la connaissance, la créativité, l’ouverture d’esprit, la sensibilité, la compassion, le travail d’équipe et l’action. Joindrez-vous nos rangs ? ~  

Pour prendre part à la lutte contre le SunTV News Network, suivez ces étapes faciles :

1. Ne regardez jamais SunTV et évitez de visiter leur site Web puisqu’ils reçoivent de l’argent de leurs commanditaires chaque fois que vous le faites.

2. Demandez au CRTC (http://www.crtc.gc.ca/fra/info_sht/g8.htm) de retirer SunTV de la programmation de base du câble. Il est présentement réglementé que SunTV soit inclus dans la programmation de base du câble. Cela veut dire que votre câblodistributeur sera incapable de faire quoi que ce soit si vous lui demandez d’enlever SunTV de votre forfait. Malheureusement, même si vous ne le visionnez jamais, SunTV fera quand même de l’argent de votre poche, puisque vous payez pour le câble.

3. Signez la pétition (sur twitter) pour demander au CRTC de retirer SunTV de la programmation de base du câble (http://twitition.com/6v4go).

4. Si SunTV finit par ne plus être protégé par les règles sur la programmation de base du câble, demandez à votre câblodistributeur de le retirer de votre forfait. Notez que Vidéotron est une autre propriété de Quebecor.

5. Joignez-vous au groupe Facebook « Boycott Sun News Network » (http://www.facebook.com/pages/Boycott-Sun-News-Network-Canada/207042459328166).

6. Informez les commanditaires de SunTV (vous trouverez une liste ci-dessous) que s’ils continuent de soutenir ce poste, vous boycotterez leur entreprise. Ceci est particulièrement efficace avec des compagnies à but lucratif telles que Québecor, propriétaire de SunTV.

7. Écrivez à votre député (http://www.parl.gc.ca/SenatorsMembers.aspx?Language=F) et demandez-lui de discuter de ce problème à la Chambre des Communes. Le Canada est un pays démocratique où toutes les opinions devraient être exprimées avec respect et intelligence.

8. N’envoyez aucun message agressif à Erickson. Elle accumule ces messages pour prouver que le secteur culturel est rempli de gens haineux. ~

SunTV News Sponsors | Commanditaires de SunTV News

Acura
Web: http://acura.ca/contact_us | http://acura.ca/contactez-nous
Tel.: 1-888-9-ACURA-9 (1-888-922-8729)

American Express
Tel.: 1-800-869-3016

Adobe
Web: http://www.adobe.com/

Bell
Email | Courriel: relations.clients@bell.ca

Disney
Web: http://disney.go.com/guestservices/contact

Honda
Web: http://www.honda.ca/contact_us | http://www.honda.ca/contactez-nous
Tel.: 1-888-9-HONDA-9 (1-888-946-6329)

ING direct
Web: http://www.ingdirect.ca/en/aboutus/contactus/index.html | http://www.ingdirect.ca/fr/aboutus/contactus/index.html
Tel.: 1-800-464-3473

Mastercard
Web: http://www.mastercard.com/ca/company/en/contact_us.html

Netflix
Web: http://ca.netflix.com/ContactUs?lnkctr=cuPh&show=true
Tel.: 1-877-320-4701

Canada Post
Web: http://www.canadapost.ca/cpo/mc/personal/support/helpcentre/others/find.jsf | http://www.canadapost.ca/cpo/mc/personal/support/helpcentre/others/find.jsf?LOCALE=fr
Tel.: 1-866-607-6300

Rogers
Web: https://www.rogers.com/web/content/contactus | https://www.rogers.com/web/Rogers.portal?_nfpb=true&_pageLabel=NEW_GCT&_nfls=true&setLanguage=fr&template=contactus
Tel.: 416-764-2000

Telus
Web: http://www.telusmobility.com/en/QC/contact/index.shtml
Tel.: 1-866-558-2273

Westjet
Web: http://www.westjet.com/guest/en/contact/index.shtml | http://www.westjet.com/guest/fr/contact/index.shtml
Tel.: 1-888-937-8538

References | Références

“Finances of Performing Arts Organizations in Canada in 2006-2007”. Hill Strategies Research Inc. With data and financial support from Business for the Arts, November 2008.

“Social Effects of Culture: Detailed Statistical Models”. Hill Strategies Research Inc., prepared by Kelly Hill and Kathleen Capriotti, July 2008

“Valuing Culture: Measuring and Understanding Canada’s Creative Economy”. The Conference Board of Canada, in collaboration with Canadian Heritage, March 2008.

“Factors in Canadians’ Cultural Activities”. Hill Strategies Research Inc., February 2008.

“Provincial Profiles of Cultural and Heritage Activities in 2005”. Hill Strategies Research Inc., October 2007.

“Cultural and Heritage Activities of Canadians in 2005”. Hill Strategies Research Inc., March 2007.

“Consumer Spending on Culture in Canada, the Provinces and 15 metropolitan Areas in 2005”. Hill Strategies Research Inc., February 2007.

“Artists in Large Canadian Cities”. Hill Strategies Research Inc., March 2006.

“Artists in Small and Rural Municipalities”. Hill Strategies Research Inc., February 2006.

“Key Stats on the Arts in Canada”. Hill Strategies Research Inc., May 2005.

“A Statistical Profile of Artists in Canada”. Hill Strategies Research Inc., September 2004.

“Arts and Culture Organizations in Canada”. National Survey of Nonprofit and Voluntary Organizations, Imagine Canada. Funded by the Government of Canada through the Voluntary Sector Initiative, 2006.

“The Arts in Canada: Access and Availability”. Research Study Final Report, prepared by Decima Research Inc. for Canadian Heritage, March 2002.

“Use or Ornament? : The social impact of participation in the arts”. Prepared by François Matarasso, 1997.

“A Statistical Profile of Artists in Canada: Based on the 2006 Census”. Hill Strategies Research, 2009.

“Critical Evidence: How the Arts Benefit Student Achievement”. (National Assembly of State Arts Agencies, 2006) Hill strategies research, March 2011.

“Arts and Culture in Medicine and Health: A Survey Research Paper”. Cooley & Asso
 

You May Also Like...

LISTINGS THIS WEEK